Maça

Pour cette nouvelle interview, j’ai choisis de vous présenter la monitora Maça, une capoeiriste que j’ai connu grâce à Mestre Hulk à qui je rendais visite dans son académie de Rio il y a quelques années  et qui m’a parlé d’une capoeiriste française qui l’avait impressionné. Ce champion de vale-tudo et mestre de capoeira impressionné par une capoeiriste frenchy? Et oui! et il y a de quoi! Je vous laisse la découvrir dans cette interview.

maça

 

Peux-tu te présenter : Nom de guerre, grade, groupe, ville ?

Mon prénom est Amandine, mon nom de guerre (lol) est Maçã Verde. Je suis corde bleue du groupe Ginga Mundo, dont le mestre est Sabià. L’école dans laquelle je m’entraine se trouve sur l’aire toulonnaise et ses villes aux alentours. Le professeur de notre association : Joga Capoeira, se surnomme Espiga .

Quand et comment as tu connu la capoeira ?

J’ai fait ma première rencontre avec la capoeira à travers un film ancien maintenant mais la référence en France des capoeiristes de plus de 10 ans de capoeira (lol) : ONLY THE STRONG (ou la loi du plus fort en version française). Je l’ai regardé plus de 10 fois en une semaine, et à partir de ce jour là j’ai voulu essayer cet art martial qui me passionnait déjà. J’ai alors cherché un club quelques mois plus tard dans ma ville (Toulon);  j’ai commencé au mois de Novembre 2002 je m’en souviendrai toute ma vie: Je me souviens avoir galéré à faire la ginga et à faire mon premier coup de pied… le moment qui restera gravé à jamais dans ma mémoire, est le moment de la roda à la fin du cours, j’ai ressenti une émotion tellement forte à en frissonner, ce truc qui fait : »ouaou ça c’est un truc pour moi… »

Quel est ton rôle au sein de ton groupe ?

J’ai le statut de « monitora » dans mon groupe, ce qui te charge de certaines responsabilités :

Seconder mon professeur lorsqu’il est absent par exemple, orienter les élèves durant les cours, les stages… Je pense que pour n’importe quelle personne ayant un minimum de capoeira, elle se doit de montrer l’exemple autant dans la vie que lorsque l’on passe la porte de la salle d’entrainement, mais encore plus lorsque la corde commence à monter en couleur. Je suis référente pour les élèves, toujours dans un rôle de second du professeur lorsque celui ci est absent.

Quels étaient tes objectifs initiaux quand tu as commencé ?

ouaou… Je voulais être la meilleure, traverser le monde pour faire de la capoeira, et jouer avec un maximum de capoeiristes.

Comment est venu ton nom de capoeriste ?

C’était juste après une démonstration en plein air, je parlais à mon professeur de l’époque, apparemment le vert de mes yeux l’a interpellé, il m’a alors appelé petite pomme verte, « maçã verde » est resté; maçã pour les intimes lol!

 

Y’avait il beaucoup de femmes capoeiristes dans ton groupe quand tu as commencé ?

Oui les femmes étaient plus nombreuses que les hommes l’année ou j’ai commencé.

 A cette époque, quels étaient tes aspirations dans la capoeira ?

Je voulais jouer à la perfection et que l’on me considère comme une capoeiriste à part entière et non pas une femme qui fait de la capoeira…

Quel moment t’a le plus marqué jusque là dans ton parcours de capoeira ?

Il y a eu énormément de moments marquants durant ces quelques années de capoeira mais un m’a marqué à vie : il y a 2 ans de ça, lors de l’événement annuel de notre groupe Ginga Mundo organisé au Forte da Capoeira à Salvador. Cet événement est : « Rede Capoeira » où chaque année un rassemblement impressionnant de capoeiristes a lieu et un nombre important de mestres reconnus dans le monde de la capoeira sont alors réunis… J’ai eu la chance et le grand honneur de rencontrer Mestre Joao Grande… une légende vivante là juste devant moi, j’ai suivi un cours d’Angola, je lui ai serré la main, je ne peux même pas décrire cette émotion qui était entre la petite fille qui avait tant entendu parler de ce grand Monsieur, et la capoeiriste de quelques années d’expérience qui se sentait tellement petite. Ce jour a été merveilleux j’ai rencontré d’autres Mestres très célèbres de par leur expérience et pour tout ce qu’ils ont apporté à notre art. Respect…

Penses-tu que l’image de la femme capoeriste a evolué depuis que tu as commencé ?

Pour être franche je n’ai jamais senti de grande différence ou de sexisme dans la capoeira depuis que j’ai commencé. Bien sûr un homme et une femme auront des jeux différents suivant leur capacités physiques c’est clair. Mais je trouve les hommes particulièrement appliqués et très ouverts : j’ai toujours entendu qu’une femme avait sa place dans une roda de capoeira. Il y a toujours quelques « machos » qui renvoient une image un peu négative quant au rapport capoeira homme/femme mais ils sont rares.

As tu déjà pris part à des projets sociaux-éducatifs/culturels (professionnel ou bénévole) dans ton groupe ou ailleurs avec comme base la capoeira et sa culture ?

Oui bien sûr, lors de semaines pour les enfants/ados organisées par le Conseil Général ou dans les écoles. A chaque fois les enfants/ados étaient enchantés. La capoeira est vraiment un art complet qui permet de faire passer cette culture afro-brésilienne à travers les instruments, les chants, les mouvements, l’interaction dans les jeux de capoeira.

Parles moi un peu de ton autre passion le Jiu-Jitsu Brésilien et comment tu arrives à concilier les 2 ?

Le JJB est un autre art martial et sport de combat mais totalement complémentaire à la capoeira. C’est un sport qui se pratique au sol en kimono c’est du corps à corps, le but est de soumettre son adversaire par un étranglement, clé de bras etc… J’ai arrêté la capoeira pendant 2 ans pour raisons personnelles, je me suis alors essayé à la boxe pendant 1 an, au Jeet kune do, et j’ai rencontré le JJB qui a été une révélation. C’est un sport totalement différent mais complémentaire sur certaines postures en capoeira, car la capoeira à la base a été faite pour apprendre aux esclaves à se défendre. Certains jeux sont assez virulents voir violents, il faut apprendre à gérer et s’entrainer pour ces jeux là aussi, la capoeira n’est pas seulement de la danse, ou des coups de pieds ou des esquives et acrobaties, c’est un vrai sport de combat. Le JJB m’apporte énormément à ce niveau là. Souvent des deux cotés les gens me demandent : « mais tu préfères quoi en fait? la capoeira ou le JJB? » Je leur répond simplement :  » c’est comme me demander si je préfère ma mère ou mon père.. »

T’es tu déjà servi de tes connaissances en JJB dans une roda ?

Oui car en JJB nous travaillons nos postures pour être le plus ancré possible dans le sol, un jiujtsuka se remarque très vite lorsqu’il y a du corps à corps. Bien sûr des capoeiristes ne pratiquant pas de JJB s’entrainent au corps à corps également c’est une partie intégrante du jeu du capoeiriste. Mais moi j’ai le jiu jitsu brésilien pour m’entrainer.

 

Que penses tu de ce nouveaux style « capo-jitsu » qui a surgit depuis quelques années ?

… hé bien il faut être ouvert (lol). Je ne connais pas très bien cette discipline, mais je suis un peu une puriste donc il ne faudrait pas tomber dans l’extrême et oublier l’essence de la capoeira ou l’on peut voir un beau jeu développé avec des « questions-réponses » et pas seulement la recherche de cette confrontation qu’aurait peut-être un peu trop le style capo-jitsu…

J’ai du mal à percevoir un art qui se joue debout et dont le but est, dans son essence, de donner un coup et d’esquiver, à un autre art opposé ou le travail est du corps à corps et se pratique 90% du temps au sol sur un tatami… Mais bon à voir…

Selon toi quelles sont les qualités qu’une femme doit avoir pour être une bonne capoeiriste ?

Les qualités d’une femme? J’aurai plutôt dit d’un capoeiriste (homme /femme confondus). Mais si on doit rester dans le coté féminin je dirais que la femme doit être courageuse, savoir s’imposer dans la roda par sa technicité, sa vitesse, et sa malice, plutôt que d’essayer de ressembler ou de jouer comme un homme où la puissance et la force sont des capacités physiques qu’ils ont naturellement que les femmes n’ont pas forcément à la base (mais qui peut s’acquérir).

Penses-tu qu’une femme doit jouer différemment d’un homme ?

haha j’ai à moitié répondu plus haut, je ne pense pas qu’elle DOIVE jouer différemment qu’un homme. Mais que nous avons des capacités différentes, et que chacun doit les exploiter à son avantage. D’après moi, il ne faut absolument pas tomber dans le cliché : les femmes contre les hommes. Il faut savoir vivre et jouer en harmonie, chacun à sa place dans notre art, il faut juste comprendre et savoir où elle se trouve.

 

Quelle est ta philosophie de vie ?

On a tous à apprendre de chacun, personne n’est mieux que personne on est juste tous différents. J’essaie de faire le bien autour de moi en essayant d’être juste, selon mes principes et valeurs qui me sont propres. L’humilité, le respect sont les maitres mots pour moi…

 

Comment vois tu la capoeira dans 20 ans et ou te vois-tu aussi?

Je vois la capoeira dans 20 ans incluses dans le programme sportif scolaire public au Brésil et en Europe. Une possible fédération qui rassemblerait tous les groupes de capoeira une seule et même famille avec toutes ses différences. Je me vois toujours dans le sport et peu être enseignant aussi cet art magnifique…

Combien d’heures par semaine consacres-tu à la capoeira ?

Ces derniers mois ont été assez chargés en travail, mais j’essaie minimum de m’entrainer 4h par semaine (c’est très peu mais c’est déjà ça)

Quelle est ta chanson de capoeira préférée ?

J’en ai beaucoup je n’en ai pas une préférée, mais j’aime beaucoup les chansons types angola et banguela assez lentes et profondes en paroles…

Quel message donnerez-tu aux capoeiristes féminines?

Je leur dirai que malgré les difficultés rencontrées, même si quelquefois il est difficile de trouver sa place, il faut s’entrainer, chanter, jouer des instruments, voyager, et laisser le respect s’installer tout seul sans vouloir le provoquer. Rester humble, s’entrainer dur (je l’ai déjà dit ca ? lol) tendre l’oreille, prendre chaque jour comme une chance de pouvoir progresser. Se faire plaisir, jouer avec son cœur et partager le plus possible.

Publicités

Une réflexion sur “Maça

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s