Capoeira: Le chant d’une guerrière

Coup de cœur de la semaine, du mois, voire de l’année ( ?) ! Ce qui suivent mon FB perso ont vu que j’étais FAN de cette video. Je devais partager ça avec vous et laisser la place sur Lipstick à une élève en particulier.

Je lisais l’article de SouCapoeira sur le 15ème Batizado d’Arte Negra qui a eu lieu fin mars à Bordeaux. Un passage dans cet article (écrit par Prima) m’a interpellé : « …un chant mené par Viùva « Capoeira Vem » pendant lequel nous sommes tous rentrés en transe pendant une vingtaine de minutes … » 

Viuva je l’ai rencontré il y a 2 ans à Bordeaux pour un autre  événement d’Arte Negra , le Natal Capoeirando que j’avais adoré (et dont j’avais également parlé sur SouCapoeira ICI).

Je kiffais déjà sa voix depuis longtemps via les soundclouds de son blog (et je kiff aussi  ses photos de capoeira. Art dans lequel elle excelle aussi!) et je me suis dit : tiens donc (air intrigué)  allons voir notre ami Youtube pour voir ce que donnait ce fameux chant qui met en transe. Et là: bam ! c’est là que je me suis pris ça en pleine gueule figure ! En général je regarde des vidéos de capo pour la beauté des jeux, analyser les mouvements, travailler des chansons etc…. mais là sur cette vidéo les jeux ne m’intéressaient pas. Mon œil a été directement aimanté par la bateria. J’étais fascinée et hypnotisée  par la musique. Par la complicité évidente entre Cacique, Viùva et le reste de la bateria. Il se passait un truc, une connexion aux instru, au chant et au chœur.

Cacique, un œil sur le jeu, un œil sur la bateria donnait la cadence, les breaks, le swing, et toute la sauce prenait d’un coup. Comme dirait  la chanson: « o molho tem dendê » . Quand Prima dans son article parle de « frisson » et de « transe », c’est exactement ce qui transpire de cette vidéo.

C’est inexplicable le plaisir et la fierté que j’ai de voir cette vidéo! C’est une élève, une guerrière qui dirige l’énergie de la roda !!!  Et ce n’est pas toujours le cas que dans les événements de capoeira, une place soit donné aux élèves dans la bateria et encore moins aux chants  mais bordel flute alors, là quand je vois la putain montée d’énergie que ça peut envoyer jme dis juste : c’est bien dommage que ça n’arrive pas plus souvent car on peut parfois passer à coté de très beau moment magique comme celui  là ! Pourquoi cela n’arrive pas plus souvent? Est ce parce qu’on ne nous en donne pas l’occasion ou bien est-ce par peur qu’on s’empêche de le faire et de se lancer? La question reste posée… (et n’hésitez pas à donner votre avis dans les comm’ ci dessous)

Bon OK OK, tout le monde ne chante pas avec une aussi belle voix, avec autant de tripes, d’amour et d’énergie que Viùva dans cet extrait et parfois même une bonne intention peut carrément CASSER l’énergie d’une roda si le niveau et la maitrise ne sont pas là. Mais franchement est ce que ça ne vaut pas ces 8 minutes de pur bonheur que de laisser (ou de prendre) la place parfois ? L’agogo c’est bien sympa aussi mais bon, c’est bien de tenter d’autres choses aussi non ?! (en parlant d’agogo, je vous invite  à lire un de mes précédent article au sujet des filles dans la bateria de capoeira).

On est toutes d’accord : chanter dans la roda ne s’improvise pas. Pas besoin  de rappeler que les entrainements ( la douche, la voiture…) sont fait pour ça : entrainer sa voix, tester des chansons, répéter, trouver son rythme, sa respiration, son intonation , varier les cadences, improviser: bref s’approprier la chanson et la maitriser comme si on l’avait créé pour qu’un jour peut être, si les étoiles sont alignées, si une légère brise souffle dans l’atmosphère (#MysticMoment) on arrivera à notre tour à transmette un moment de magie comme celui là  que seule la capoeira peut apporter.

Du coup j’ai voulu avoir son avis sur tout ça alors j’ai contacté Viùva pour lui poser quelques questions et elle a bien voulu prendre le temps de me répondre avec sincérité et je l’en remercie:  Let’s go!

Viùva, depuis combien de temps pratiques tu la capoeira et quel est ton grade actuel?

J’ai commencé la capoeira sur le tard, en 2010, (l’année de mes 30 ans) à Angoulême.Je suis actuellement au 5ème grade (sur 13) qui correspond au niveau ‘intermedario ».

Tu es super à l’aise avec le chant, as tu des origines brésiliennes ou portugaise ?

Non pas d’origine brésilienne ni portugaise, enfin pas que je sache 🙂  (NDLR : Les filles vous avez entendu ? Alors plus d’excuses OK ?)

T’es-tu mise aux instru/chant dès que tu as commencé dans la capoeira ou est-ce venu plus tard?

L’année où j’ai démarré, Cacique avait mis l’accent sur l’apprentissage de tous les instrus de la bateria, on avait au moins 30 à 45 min de musique par cours, 2 fois par semaine. A la fin du 1er cours, j’avais « vem, vem, vem jogar », en boucle dans la tête. Cacique nous faisait chanter systématiquement seul, à tour de rôle, des refrains des chansons apprises pendant le cours ou des chansons que l’on connaissait déjà. On se retrouvait aussi des samedis après-midi entiers pour travailler la musique et le chant à 5-6 chez les uns ou les autres. Au départ, c’était difficile (surtout quand on n’aime pas forcément sa voix) de chanter seule devant tout le monde et puis c’est devenu très vite une évidence ; j’adorais ça! 🙂

Nous avons toujours l’occasion de chanter durant les cours car il est très fréquent qu’une bateria soit constituée pour les exercices ce qui permet à chacun de s’exercer sans stress avant de se lancer pour la roda. Petit à petit, mon répertoire s’est étoffé, et j’ai osé prendre le chant ailleurs que pendant les cours.

Le fait d’oser chanter pendant une roda n’est évidemment pas arrivé tout de suite (en dehors des rodas de fin de cours je veux dire). Dans plusieurs évènements, je suis allée à la bateria pendant les cours. Les profs ou Mestres présents dans la bateria offrent souvent la possibilité de chanter si on le désire dans ces moments-là. Petit à petit, on ose de plus en plus et finalement, on vous propose le chant plus souvent. Il faut donc être patiente et persévérante pour se faire une petite place 🙂

Comment d’après toi es venu cet instant magique d’énergie dans la roda (meme si ca risque d’être dur d’expliquer)

Cette roda s’est constituée le dernier jour du dernier batizado Arte Negra de Bordeaux, le lundi, pendant le cours donné par Mestre Carlos, San Cipriano.  Quand j’ai commencé à chanter « capoeira vem » je chantais déjà depuis une bonne dizaine de minutes et je pensais que j’allais passer rapidement le chant à quelqu’un d’autre car je n’arrive pas à le tenir très longtemps d’habitude, il demande pas mal d’énergie. Et puis, les gens qui ne prenaient pas le cours ont commencé à se rapprocher, Cacique est allé en chercher d’autres, il a pris une percu supplémentaire pour nous accompagner, et l’énergie a continué à monter tranquillement mais sûrement ! et puis la roda s’est formée, les gens se balançaient derrière la bateria, moi je me sentais quasiment en transe, tout le bas de mon corps était fébrile, tremblant, ma gorge me tiraillait mais des dizaines de paires d’yeux me souriaient, me soutenaient, tout le monde répondait en chœur avec un enthousiasme contagieux et Cacique en face de moi qui ne cessait de m’encourager !

Ca a vraiment été un moment très spécial pour moi :). Quand à te dire comment est venu ce moment, j’en serais bien incapable. Il y a des fois où ça ne prend pas malgré toute la bonne volonté et l’énergie possibles et d’autres où tous les paramètres font que ça devient le bon moment et c’est ce qui s’est passé je crois tout simplement :).

Comment est venu l’idée de ton blog de musique? Tu t’intéressais déjà beaucoup aux musiques de capoeira quand tu as commencé ?

L’idée du blog est venue assez rapidement. Quand j’ai commencé la capoeira j’ai très vite eu envie de comprendre ce que je chantais, j’ai donc cherché les textes sur internet, j’écrivais celles que j’apprenais sur un carnet pendant les évènements. Et puis j’ai eu envie de créer un outil que j’aurais aimé avoir quand j’ai commencé et qui me sers régulièrement à moi aussi.

Quels conseils tu donnerais aux minettes qui n’osent pas se lancer aux chants ?

Au départ, j’avais la sensation qu’en tant que femme, le chemin était plus compliqué pour faire sa place dans ce monde de machos (si si un peu quand même 😉 Et plus le temps passe, plus je crois que ce n’est pas tant une question de sexisme que de « place hiérarchique », de reconnaissance dans le monde de la capoeira, ça ne peut pas arriver du jour au lendemain. On voit en effet plus d’hommes que de femmes à la bateria mais ça s’explique aussi par leur supériorité numérique (enfin pour le moment en tout cas) à des grades de profs ou Mestres. Et comme ça tourne dans une bateria, forcément, les hommes reviennent plus souvent puisqu’ils sont plus nombreux.

Ca ne me viendrait pas à l’idée de demander à un prof ou un Mestre de le remplacer aux instrus, j’attends qu’il me le propose. C’est peut-être un tort mais ils ont forcément plus de compétences, plus d’expérience que moi donc ce n’est pas à moi de leur dire de sortir pour les remplacer. Je trouve ça normal, c’est aussi une question de respect. Il y peut-être des endroits où les femmes sont uniquement « reléguées » à l’agogo ou au reco-reco (bien que moi j’adoooore le reco-reco!) mais personnellement, je ne l’ai jamais constaté. Je veux dire par là qu’on y voit souvent des femmes certes, mais est-ce que quelqu’un leur a interdit d’accéder aux autres instruments ? Peut-être se l’imposent-elles inconsciemment ? Pourquoi on n’ose pas? De quoi a-t-on peur? Je n’ai pas la réponse mais ce sont des questions que je me pose régulièrement, même pour moi. Cacique ne véhicule pas du tout de sectarisme. Quand il sent que quelqu’un a du potentiel dans un domaine, il l’encourage en ce sens et ce, dans tous les domaines de la capoeira. Je n’ai donc jamais senti que je n’avais pas ma place parce que j’étais une femme.

Il est possible qu’on se créée nous-mêmes (les femmes) des barrières, des complexes qui nous freinent pour prendre un berimbau ou le chant par exemple. Si l’on sait que l’on en est capable, il ne faut pas hésiter. ça se passera toujours bien si c’est fait dans le respect. Par contre, ne vous lancez pas à prendre le chant ou n’importe quel instrument dans une roda si vous ne maîtrisez pas un minimum ce que vous allez faire, c’est un coup à vous faire gicler et à casser l’énergie mise en place.

Pour le chant, le plus simple est de commencer à chanter avec des partenaires de cours, des gens avec qui on se sent bien, en se retrouvant à l’extérieur, sans la pression du cours. C’est comme dans tout, il faut faire ses preuves avant de se lancer dans l’arène, ça demande de l’entraînement ! Après, ce n’est pas parce que tu sais que tu peux tenir une roda au chant qu’il faut se lancer à tort et à travers, il y a des moments où s’est approprié, d’autres non.

Un projet de CD de capoeira avec une si belle voix ?

Pas de CD à l’horizon 😀 mais si des financeurs se manifestent pourquoi pas!! 😉 J’ai quelques idées de duo qui pourraient être sympa, style « taratata » de la capoeira tu vois! 😀 (je déconne, quoi que! :D)    Hea!

Merci encore à cette guerrière d’avoir pris sa place dans la roda, d’avoir chanté avec ses tripes et d’avoir tenu la distance pendant tout ce temps même si elle avait sans doute mal aux mains, aux bras et à la gorge (car en réalité ca a duré bien plus que les 8 minutes de la vidéo). Merci de montrer l’exemple et d’avoir rendu ce moment magique pour tous ceux qui étaient présents (et tout ceux qui l’on vécu par procuration a travers un écran). Merci également à Cacique pour permettre des moments comme celui là et pour ses évènements qui laisse à chaque fois un super souvenir à tous les participants.

 

Si vous avez vous aussi des extraits de roda de ce style (où des filles mènent l’énergie au chant) n’hésitez surtout pas à partager!!

Et n’oubliez pas de visiter son blog

12540995_522168067963189_7241748794004635106_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s