APPRENDRE LE BRÉSILIEN : mes conseils

En ce début de rentrée capoeira  plusieurs d’entre vous m’ont demandé comment j’avais appris le brésilien  et quels sont mes conseils pour s’y mettre enfin, alors c’est parti !

LipstickCapoeira-Meme Ted

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on ne s’y est pas encore mis malgré nos années de pratique de la capoeira:

– « C’est trop compliqué, jsuis nulle en langue/mon accent est pourri »

« J’ai pas le temps, y’a déjà trop de trucs à assimiler en capoeira »

« J’ai pas envie, jfais de la capoeira pour jouer dans la roda, le reste j’m’en fiche un peu »

– « J’essaye mais je n’y arrive pas »

« De toute façon je ne chante pas dans la roda, donc j’en ai pas besoin » ( ><)

…..

OK, pour beaucoup le brésilien n’est pas une langue familière et quand on commence la capoeira, autant le dire: on ne comprend rien aux noms des mouvements, pas vrai ? Quant aux refrains des chansons… n’en parlons même pas !

Honnêtement, combien de nous ont chanté des refrains en phonétique sans vraiment comprendre  un seul mot ? Combien de fois avons-nous  entendu la chanson Paranauê, transformée en Bananauê ? Ou encore fameux le coup de pied « apou diaraï » au lieu de rabo de arraia ? 😉

Et si on profitait de cette rentrée pour se motiver et travailler un peu notre niveau en brésilien,  OK ? Alors on y va ! Plusieurs options possibles, je vous propose celles-ci:

les chansons : Perso, c’est comme ça que j’ai commencé à apprendre le brésilien. J’étais frustrée de chanter des chansons dont je ne connaissais pas le sens alors chaque fois que voulais apprendre une chanson, je la traduisais en totalité avant. Résultat, même si je ne comprenais pas 100% des mots (parfois il y a des expressions qui ne sont pas forcément compréhensibles quand on débute et qu’on n’est pas familier avec le brésilien), j’en avais le sens à 90% et ça me suffisait pour me motiver à l’apprendre. Du coup en traduisant les chansons j’emmagasinais beaucoup de vocabulaire et de structure de phrase sans effort ! A cette époque (il y a 14ans déjà), il n’y avait pas de blogs de capoeira qui traduisaient les paroles, du coup ça me forçait à faire l’exercice moi-même et ainsi retenir  beaucoup plus facilement que lorsque tout est pré-mâché. Je faisais aussi la même chose avec les noms des mouvements  de la capoeira, je les traduisais et ça donnait ainsi plus de sens au mouvement que je faisais car j’avais l’image mentale en tête.

Avantage : on est directement dans l’univers de la capoeira

Inconvénient : on reste dans l’histoire de la capoeira

 

Internet : Tout est accessible sur internet !!! Il n’y a qu’à taper « apprendre le brésilien/portugais) sur youtube et vous avez des dizaines de vidéos (une petite très basique qui vous fera apprendre rapidement des mots /phrases très utiles  ICI  ou encore cette youtubeuse paulista qui a vecu quelques mois en France et qui à son retour au Brésil  a créé sa chaine youtube « apprendre le brésilien »

 

Avantage: on a la prononciation sonore, y’a qu’à répéter pour travailler l’accent.

Inconvénient: On peut vite se noyer dans l’information et les quantités de vidéos.  Il faut choisir les bonnes vidéos.

 

Les livres: Les livres et autres méthodes d’apprentissage sont nombreux en librairie. Conseil : Prenez-en un pour le brésilien (et pas le portugais), pas trop gros pour ne pas se démotiver au bout de la 3eme séance. Certains sont spécifiques aux voyageurs pour avoir le B.A-BA une fois sur place (« Le Brésilien tout de suite » est celui que j’avais acheté lors de mon 1er voyage au Brésil),  certains sont plus sur le long terme avec souvent 1 audio pour chaque leçon.

Avantage: On apprend la grammaire et les structures des phrases. On peut le glisser dans son sac et l’ouvrir à la pause déj’.

Inconvénient: Peut  parfois être trop scolaire et rébarbatif, donc bien feuilleter avant ou regarder les avis sur internet.

 

Les communautés brésiliennes: Les communautés brésiliennes (souvent composées d’étudiants, de post-doc ou d’ingénieurs fraichement débarqués) sont présentes dans de nombreuses villes en France. Il suffit de chercher sur Facebook où des dizaines de communautés brésiliennes ont leur page. Ils organisent souvent des rencontres, churrasco(BBQ), partie de foot, session musique, soirée…). L’occasion parfaite de se mêler à eux pour partager cette culture et apprendre, sans s’en apercevoir, les rudiments de la langue. Puis, après avoir brisé la glace n’hésitez pas à envoyer des  MP pour leur proposer de parler franco/brésilien de temps en temps autour d’un verre, c’est gagnant-gagnant pour tous et en plus vous vous ferez de nouveaux amis.

Avantage: on baigne direct dans l’ambiance

Inconvénient: il faut faire la démarche de se bouger et de rencontrer des inconnus

 

Un cours de brésilien à la capo: Dans beaucoup de groupe de capoeira il y a souvent des lusophones ou des élèves gradés qui maitrisent le brésilien. Pourquoi ne pas monter un cours de brésilien (ou à défaut, de portugais) avec un petit groupe d’élèves motivés ? Votre prof de capo pourrait même, peut-être, proposer  ces cours si son agenda le permet. En semaine, le week-end, avant ou après l’entrainement, le choix est vaste. Ça peut être aussi l’occasion de mieux connaitre les personnes avec qui on passe tant de temps à l’entrainement. Se réunir chez l’un, chez l’autre et faire un cours-apéro pour joindre l’utile à l’agréable.

Avantages: On se connait et on est tous dans la même galère donc les barrières sautent.

Inconvénient: Trouver un créneau qui convienne. Le groupe ne peut pas être trop gros et l’apéro ne doit pas (trop) s’éterniser 🙂

 

Le voyage au Brésil: Le meilleur moyen pour progresser ? Se jeter dans le bain et y aller à fond ! C’est (avec les chansons) le moyen qui m’a permis de vraiment débloquer mon oral et d’être fluente aujourd’hui. La première fois que je suis allé au Brésil, ça faisait à peine un an que je faisais de la capoeira. Mon groupe avait organisé un voyage découverte en 2004, pour faire connaitre aux élèves (nous étions une quinzaine à partir) le Brésil, l’histoire du groupe et la capoeira dans le pays. On a passé 1 mois entre Rio, le Minas Gerais et Salvador. C’était mystique ! Et bien que nous sommes partis en groupe, il y avait toujours des moments où on se retrouvait tout seul à demander son chemin, acheter des timbres, commander un suco etc… J’ai A-DO-Ré ce voyage au Brésil,  si bien que je suis partie seule, sac au dos pendant 3 mois l’année suivante et une dizaine d’autres fois par la suite 🙂

Avantage: On apprend énormément en live ! La culture, la langue, les us-et-coutume, on vit la vie locale. Les brésiliens sont très chaleureux et ils vous aident et vous renseignent volontiers. On sort  de sa zone de confort et c’est comme ça qu’on progresse !

Inconvénient: Le budget ! Mais tout se planifie et rien n’est impossible !!!

 LipstickCapoeira brasil

Une fois que vous serez un peu plus a l’aise avec la l’oral, n’hésitez pas à regarder de temps en temps les chaines de télé brésiliennes à l’heure des infos ou des novelas pour enrichir votre vocabulaire et améliorer votre accent. Pour celles et ceux qui on la Freebox, les chaines  Record News et Record Internacional sont dispo gratos.

En résumé, pour apprendre le brésilien il suffit : 1/ de le vouloir vraiment et 2/ passer à l’action.

La bonne dose ? A vous de voir en fonction de vos progrès, d’ailleurs plus vous progresserez plus vous aurez envie d’en apprendre plus.

On peut difficilement avancer dans la capoeira sans avoir quelques bases en brésilien car en plus de la pratique à proprement parler, une chose qui est très importante également est ce qu’on appelle la « convivencia », autrement dit le temps partagé avec d’autres capoeiristes plus expérimentés ou encore avec les vieux Mestres de l’ancienne époque (« les sages de la capoeira » comme on les appellent affectueusement) afin d’échanger avec eux ou simplement écouter les nombreuses histoires qu’ils ont à raconter sur l’époque où ils ont commencé la capoeira, l’évolution de celle-ci, leurs anecdotes, leurs conseils… ces temps d’échanges et de « vie » auprès d’eux sont infiniment précieux pour notre parcours et notre apprentissage de la capoeira.

On ne devient pas bilingue en 3 mois c’est sûr, mais comme à la capoeira, petit à petit en répétant, en travaillant et en restant motiver, on arrivera à faire d’énormes progrès !

En écrivant ce post il me vient l’idée, si cela vous intéresse, de faire un audio hebdo d’une minute sur une expression/ un mot/une tournure de phrase typique du Brésil (ou de l’univers de la capoeira) et expliquer la signification. Ainsi, en plus d’apprendre le brésilien, vous connaitrez les expressions et  mots typiques et/ou familier qui ne sont pas dans les cours classiques. Si cela vous dit, laissez-moi un commentaire sur la page Facebook de Lipstick ou sur Instagram avec vos suggestions.

Desejo a vocês uma linda semana e até breve pra mais um post no blog !

Um Beijo guerreiras !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s