contramestra Janaina
Blog,  Interview

Interview: Contra-Mestra Janaina

Pour cette première interview de reprise, je souhaitais vous proposer une personne que j’aime beaucoup: ContraMestra Janaina. La première fois que je l’ai rencontré c’était à l’évènement « Iuna Voou » de Feiticeira à Bordeaux. Une chose frappante chez Jana c’est son sourire, elle à l’air d’être toujours de bonne humeur et c’est contagieux! Elle a à la fois une douceur et une force qui transpire dans tous ses mouvements et dans toute sa personnalité. Son jeu est fluide, précis, et quand elle prend le gunga, poussez vous les gars! Je voulais la mettre à l’honneur et voici donc une interview qui a été réalisée en 2019.

Peux tu te présenter et nous raconter tes premiers pas dans la capoeira:

Je m’appelle Janaina Crivelli. J’ai commencé la capoeira à l’age de 17ans, le 15 avril 1999 avec Mestre Suassuna du Groupe Cordao de Ouro. En aout 2017 je suis devenue ContraMestra. Dès mes débuts j’ai été passionnée par la capoeira, par sa musique, par le maculelê et aussi  par tout le rituel autour. J’adorais m’entrainer. Au fil des années, la capoeira m’a accompagné dans tous les moments de ma vie.

Existait-il beaucoup de femmes capoeiristes et/ou prof à l’époque où tu as commencé? Et quelles étaient tes inspirations?

Non, il n’y avait pas beaucoup de femmes capoeiristes et encore moins des femmes qui donnaient des cours. C’est pour ça que je n’ai jamais pensé que cela pouvait être une possibilité pour moi. Je me rappelle de Mestra Paulinha, Mestra Lu Pimenta (de Cordao de Ouro), de Mestra Vanessa (Capoeira Raça), Mestra Mara et Mestra Jô. Mais je ne côtoyais aucune d’entre elles. A l’époque, les informations et les vidéos n’étaient pas accessible comme aujourd’hui donc mes inspirations étaient plutôt mes collègues capoeiristes et mon Mestre.

Quel a été le moment le plus marquant sur ton chemin de capoeiriste?

Le moment le plus marquant a été ma formatura (ndlr: de ContraMestra) et l’année d’entrainement intensif qui l’a précédé. Un autre moment décisif a été de venir m’installer à Munich, en Allemagne (où je vis à l’heure actuelle) donner des cours de capoeira, avoir mon propre groupe et voyager dans le monde entier grâce à la capoeira.

Quelle est ta réflexion sur l’évolution de la femme dans la capoeira, les mouvements anti-machistes/anti-violence et as tu déjà vécu ce type de situation ?

Le parcours de la femme dans la capoeira est à la fois très beau et très difficile. Si on regarde à travers l’histoire, on peut voir l’évolution des femmes à la fois dans la roda et dans leur statut de Mestra. Mais il reste encore énormément de chose à faire de ce côté là. C’est pour cette raison que je trouve très importants les mouvements qui vont dans ce sens. Il n’est  pas nécessaire de faire des évènements féminins  ou de demander à ce qu’on nous laisse de la place.  Nous avons le pouvoir de faire cela nous même, de prendre notre place dans n’importe quel lieu où nous nous trouvons. Dans chaque conversation, dans nos attitudes, dans la roda et en dehors de la roda. J’ai déjà vécu beaucoup de préjugés sans forcément en être consciente sur le moment. Des allusions, des blagues douteuses, des gestes ou attitudes déplacés. Ça paraissait normal. Aujourd’hui je ne côtoie plus les personnes en qui je ne crois pas ou qui ont des idées trop différentes des miennes.

Selon toi, existe il une différence entre une femme et un homme capoeiriste?

Avant toute chose on doit être capoeiriste. Il est évident qu’il y a des différences. Personne n’est identique donc on ne peut pas généraliser et traiter tout le monde de la même manière. Les jeux aussi sont différents. Il faut avant tout être capoeiriste, savoir se comporter comme tel et savoir jouer avec des personnes différentes, qu’elles soient hommes, femmes ou enfants. Par exemple un homme ne peut pas donner un martelo de toute ses forces en jouant avec une femme ou un enfant. Mais le martelo fait partie de la capoeira! Les hommes et les femmes ont chacun leurs facilités et leur difficultés. Il appartient à chacun de travailler pour que ce qui est facile le soit encore plus et ce qui est difficile le soit moins.  

Organises-tu des évènements?

Oui, chaque année j’organise un évènement en septembre à Munich ouvert à tous (ndlr: en 2019 à l’occasion de cette évènement , Jana a fêté ses 20 ans de capoeira)

Quel est ton plus grand  rêve ?

Mon plus grand rêve est de pouvoir continuer à faire de la capoeira et avoir un impact dans la vie de mes élèves et les personnes qui m’accompagnent.

Tu as créé une marque de capoeira, peux tu nous en dire plus?

J’ai développé une marque de vêtements de capoeira il y a plus de 7 ans car je n’aimais pas les vêtements de l’époque. En effet, la plupart des modèles étaient pour  hommes. Comme j’avais fait des études d’art et de mode, je me suis créé quelques modèles pour moi. Les gens ont aimé et j’ai commencé à en vendre. Je voulais un nom qui soit en rapport avec la capoeira mais pas seulement. Folha Seca est une acrobatie (ndlr: une sorte de coup de pied à la lune) mais c’est aussi une chanson. J’ai donc créé le design et jusqu’à ce jour je continue toujours à créer  des modèles. J’ai une couturière au Brésil qui fabrique les pantalons et je crée les modèles et les motifs des t-shirts chez moi. (ndlr: vous pouvez retrouver Folha Seca sur Insta: @fseca et sur FB: brasilfolhaseca )

Un dernier message pour les capoeiristes?

Continuez de vous entrainer et ne lâchez jamais vos rêves. La capoeira est pour tout le monde!

Comment te contacter?

Mon académie est ouverte à tous avec plaisir. Les cours sont le mardi et jeudi soir. Plus d’info sur www.cdo-muc.de ou FB: cdo-munchen ou Instagram: @cdomunchen ou @jcrivelli

J’espère que cet article vous a plus. Partagez, commentez likez pour faire vivre la communauté. Et pour une dose d’inspiration et être informée de toutes les surprises à venir, suivez LipstickCapoeira sur FB et Insta

Et si vous voulez suggérer une capoeiriste à interviewer, envoyez moi un mail à: sambaxe9@hotmail.com

A très vite!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :